IMPACTS DES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

Communautés autochtones

Les populations autochtones sont souvent plus vulnérables aux changements climatiques en raison de :

  • Leur relation étroite avec l’environnement,
  • leur dépendance à l’égard de la terre et de la mer à des fins de subsistance,
  • la probabilité qu’elles habitent des zones où l’impact est plus sévère, comme les régions côtières,
  • leur statut socio-économique inférieur et leur marginalisation,
  • leur manque d’accès à des soins de santé de qualité.

« Les communautés autochtones, noires et autres communautés marginalisées au Canada et dans le monde sont plus exposées aux impacts des changements climatiques (Simmons, 2020). Elles sont plus susceptibles de résider dans des endroits où elles subissent l’impact de la mauvaise qualité de l’air et de la contamination de l’eau par les industries polluantes, ainsi que de la dévastation climatique future résultant de l’élévation du niveau de la mer, de tempêtes et d’inondations déchaînées, ainsi que de vagues de chaleur intenses (Nations Unies, 2019). » traduction 

De nombreuses collectivités disposent d’infrastructures importantes qui sont vulnérables aux impacts des changements climatiques. Il s’agit notamment de collectivités disposant de lagunes de traitement des eaux usées situées à proximité de rivières ou de la côte, où les inondations printanières provoquent des débordements contaminés et créent des risques sanitaires. Cela présente des risques pour la santé de ces collectivités. Les collectivités qui dépendent partiellement ou entièrement du service de traversier ou de pont sont également sujettes aux perturbations liées aux conditions météorologiques, comme la péninsule de Kingston au Nouveau-Brunswick et les collectivités isolées de Terre-Neuve-et-Labrador.

This site is registered on wpml.org as a development site.